pourceau

pourceau [ purso ] n. m.
XVe; purcel v. 1200; lat. porcellus, de porcus porc, porcelet
1Vx ou littér. cochon, porc. Allus. bibl. Jeter des perles aux pourceaux.
Loc. Être sale comme un pourceau. porc.
2Littér. et vieilli Homme qui s'adonne aux plaisirs des sens. Pourceau d'Épicure. épicurien, jouisseur. « Saluez-moi, pourceaux qui vous vautrez sur ces tapis comme sur du fumier ! » (Balzac ).

pourceau nom masculin (latin porcellus, diminutif de porcus, porc) Littéraire Porc ou porcelet. Homme sale, dégoûtant ou vicieux. ● pourceau (citations) nom masculin (latin porcellus, diminutif de porcus, porc) Littéraire Bible Un anneau d'or au groin d'un pourceau : une femme belle, mais dépourvue de tact. Ancien Testament, Livre des Proverbes XI, 22 Commentaire Citation empruntée à la « Bible de Jérusalem ».

pourceau
n. m.
d1./d Vx ou litt. Porc.
d2./d Par métaph. Homme sale et glouton.

⇒POURCEAU, subst. masc.
A.— Vx ou littér.
1. Porc. Pourceau gras, maigre (Ac. 1798-1878). Garder les pourceaux. Marchand de pourceaux (Ac.). Quelques pillards, la dague au poing, couraient çà et là, et devant eux fuyaient des pourceaux épouvantés (BERTRAND, Gaspard, 1841, p. 147). Ils avaient allumé le feu et mis en route la cohue des pourceaux, suivis de leurs bergers (Arts et litt., 1935, p. 64-1).
Loc. verb. fig. Jeter des perles aux pourceaux. V. perle.
2. P. anal.
a) Personne dont l'attitude physique ou le comportement moral ou intellectuel suscite un profond dégoût. Synon. cochon, porc. Ordre, lut-il, d'arrêter le boucher Isaac Van Heck, pour être l'assassin pendu, lui, pourceau d'Israël, entre deux pourceaux de Flandre (BERTRAND, Gaspard, 1841 p. 78). — Meurs, infâme! Je te saignerai, pourceau, je te saignerai! au cœur! au cœur! il est éventré (COCTEAU, Parents, 1938, II, 5, p. 241) :
Omm-Djéhâne (...) regagna paisiblement la demeure commune sous la protection des amis (...) qui la quittèrent en maudissant de tout leur cœur les ignobles pourceaux de chrétiens que la prudence les obligeait de ménager.
GOBINEAU, Nouv. asiat., 1876, p. 52.
b) Pourceau (d'Épicure). [P. allus. à Horace, Épîtres I, 4] Personne qui jouit des plaisirs de la vie plus que de raison. Ce fut un moyen adroit de répandre sur eux un vernis d'égoïsme et même de grossièreté, d'en faire ce qu'on appelait des pourceaux d'Épicure (BROUSSAIS, Phrénol., 1836, p. 68). Là-dessus des lecteurs me traitent de pourceau, car les pourceaux ont la réputation, qui me paraît bien usurpée, d'avoir une vie particulièrement voluptueuse (MONTHERL., Pte Inf. Castille, 1929, p. 640).
B.— P. anal., rare. Pourceau de mer. Marsouin. (Dict. XIXe et XXe s.).
Prononc. et Orth. :[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1121-34 purcel « cochon » (PHILIPPE DE THAON, Bestiaire, 1743 ds T.-L.); b) ca 1223 respandre ses pierres precïeuses au pourcel et a la truie « montrer à quelqu'un des choses dont il est incapable de comprendre le prix; dire à quelqu'un quelque chose dont il ne sent pas la délicatesse » (GAUTIER DE COINCI, Miracles ND, éd. V. F. Koenig, II Mir 29, 14); XIIIe s. jeter ses joiaus entre porciaus (L'Ordene de chevalerie, 422 ds Fabliaux, éd. E. Barbazan, t. 1, p. 75); 1535 jeter ses marguerites devant les pourceaux (H. KUNZE, Die Bibelübersetzungen von Lefèvre d'Étaples und von P. R. Olivetan, pp. 87-88); pour jeter des perles devant les pourceaux, v. perle étymol. et hist.; 2. a) 1574 pourceau d'Épicure (RONSARD, Les Estoilles envoyées à Monsieur de Pibrac en Polonne, 102 ds Œuvres, éd. P. Laumonier, t. 17, p. 41); b) 1679 « homme qui met son unique plaisir à manger » (RICH.); 1690 « homme gros et gras » (FUR.); 3. 1611 pourceau de mer (COTGR.); 1845 pourceau ferré (BESCH.); 1877 petit pourceau (LITTRÉ Suppl.). Du lat. porcellus, dimin. de porcus (porc). 1 b trad. de saint Matthieu 7, 6 : « ... neque mittatis margaritas vestras ante porcos »; 2 a trad. d'Horace, qui parle d'« un porc du troupeau d'Épicure » (Epicuri de grege porcum, Épîtres, I, 4). Fréq. abs. littér. : 167. Bbg. HASSELROT 20e s. 1972, p. 54.

pourceau [puʀso] n. m.
ÉTYM. 1487; porcel, v. 1119; purcel, v. 1200; pourcel, v. 1283; du lat. porcellus, dimin. de porcus. → Porc, porcelet.
———
I
1 Vx. ou littér. Cochon, porc. || Le grognement des pourceaux; les pourceaux grognent, grognonnent. || La bauge (cit. 2) aux pourceaux. || L'enfant prodigue gardait les pourceaux (→ Gland, cit. 1). || « Dom pourceau… » (→ Clameur, cit. 1, La Fontaine).
1 Par le trou des haies, on apercevait (…) quelque pourceau sur un fumier (…)
Flaubert, Mme Bovary, II, III.
Allus. bibl. Jeter des marguerites (vx), des perles (cit. 8 et 9) devant les pourceaux, aux pourceaux (cf. De la confiture aux cochons).
2 Par métaphore et fig. Être sale comme un pourceau; bâfrer comme un pourceau. Cochon, porc (→ Goinfre, cit. 5).Une étable à pourceau : une maison malpropre.
2 Les autres, à demi noyés, les bras ballants,
La tête sur la table, et la langue tirée,
Pareils à des pourceaux repus de leur curée (…)
Leconte de Lisle, Poèmes barbares, « Paraboles de Dom Guy », VI.
3 a (1690). Homme malpropre; glouton. Porc.
b (1555). Littér. || Un pourceau : un homme qui s'adonne aux plaisirs des sens (cit. 4, ci-dessous). — ☑ Loc. || Pourceau du troupeau d'Épicure, pourceau d'Épicure (Horace, Épître, IV). Épicurien, jouisseur.
3 L'un, valet de sa panse pleine,
Pourceau d'Épicure ocieux (oisif),
Mange en un jour de ses aïeux
Les biens acquis à grande peine.
Ronsard, Premier livre des hymnes, « Des étoiles », p. 198.
4 Saluez-moi, pourceaux qui vous vautrez sur ces tapis comme sur du fumier !
Balzac, la Peau de chagrin, Pl., t. IX, p. 156.
———
II Qualifié; désignant des animaux. (1611). || Pourceau de mer : le marsouin.(1845). Vx. || Pourceau ferré : le hérisson.(1877, Littré, Suppl.). || Petit pourceau : papillon du genre sphinx.
DÉR. V. Porcelet.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • pourceau — Pourceau. s. m. Porc, cochon. Pourceau ladre, gras, maigre. engraisser, tuer des pourceaux. estable à pourceaux. Marchand de pourceaux. On dit, d Une maison mal propre, que C est une vraye estable à pourceaux. Et, d Un homme qui met son unique… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • pourceau — Pourceau, cerchez Porc …   Thresor de la langue françoyse

  • pourceau — (pour sô) s. m. 1°   Porc, cochon. •   Le pourceau est aussi impur, parce que, quo iqu il ait la corne fendue, il ne rumine point, SACI Bible, Lévit. XI, 7. •   Dom pourceau criait en chemin, Comme s il avait eu cent bouchers à ses trousses, LA… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • POURCEAU — s. m. Porc, cochon. Pourceau gras, maigre. Un pourceau ladre. Engraisser, tuer des pourceaux. Étable à pourceaux. Marchand de pourceaux. Langueyer des pourceaux. Fig. et fam., C est une vraie étable à pourceaux, se dit D une maison malpropre. C… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Pourceau — Porc Pour les articles homonymes, voir Cochon (homonymie).  Pour les articles homophones, voir Port et Pore …   Wikipédia en Français

  • POURCEAU — n. m. Porc, cochon. Engraisser, tuer des pourceaux. étable à pourceaux, Marchand de pourceaux. Langueyer des pourceaux. Fig., Jeter des perles devant les pourceaux, Montrer, présenter à quelqu’un des choses dont il ne connaît pas le prix; ou Lui… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • pourceau — nm. => Porc …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Pourceau Minerve enseignant. — См. Хавронья …   Большой толково-фразеологический словарь Михельсона (оригинальная орфография)

  • Petit pourceau — Petit sphinx de la vigne Petit sphinx de la vigne ou petit pourceau …   Wikipédia en Français

  • QUEUE-DE-POURCEAU — n. f. T. de Botanique Genre d’ombellifère dont la racine est grosse, longue et pleine d’un suc jaune et fétide. Des queues de pourceau …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.